Diphotérine®

Prevor Logo


But et enjeu de la décontamination chimique - avantages et limites du lavage à l'eau

Après une projection chimique, il faut déshabiller la victime et laver le plus rapidement possible les tissus touchés. Le lavage à l'eau a été la première solution utilisée pour la décontamination chimique et ce dogme persiste sur la base d'arguments plus pratiques que scientifiques, en raison de son caractère polyvalent et non toxique, et de sa disponibilité. Elle permet, par effet mécanique, d'entraîner à la surface des tissus touchés le produit chimique indépendamment de sa nature et sa concentration.

Cependant, le lavage à l'eau a des limites:

  • il n'a pas d'action sur le potentiel irritant ou corrosif du produit chimique
  • il n'y a pas de retour rapide vers un état physiologique (l'effet d'entraînement du produit chimique est limité à la surface des tissus et n'a pas d'action en profondeur)
  • l'eau favorise la pénétration du produit chimique à l'intérieur des tissus
  • afin d'obtenir un résultat optimal, il faut intervenir dans un délai court (10 secondes selon la norme ANSI) après la projection. Toutefois, l'efficacité n'est parfois que partielle, en particulier sur les corrosifs majeurs
  • des observations de séquelles importantes, de soins et d'interventions chirurgicales avec incapacité permanente voire une issue fatale sont régulièrement rapportées dans la littérature
  • récemment, des études expérimentales comparatives ont récemment montré la possibilité d'améliorer le lavage à l'eau

Limites à repousser pour augmenter les chances d'être sauve

Améliorer le lavage à l'eau consiste à repousser ses limites pour augmenter les chances de la victime d'être sauvée, de présenter un minimum de séquelles.

Pour repousser les limites du lavage à l'eau, la solution Diphotérine®, qui contient une molécule amphotère et chélatrice a donc été introduite en solution aqueuse. La solution résultante a pour objectif de prévenir l'apparition de la brûlure chimique ou de diminuer sa gravité.

Les améliorations apportées par la solution Diphotérine® à la décontamination chimique permettent:

  • de stopper l'action des irritants et des corrosifs sur l'œil et la peau, grâce à ses propriétés amphotères et chélatrices
  • de stopper la pénétration du produit chimique à l'intérieur des tissus et de créer un flux de l'intérieur vers l'extérieur des tissus, grâce à son hypertonicité
  • d'entrainer un retour rapide du pH compris entre 5.5 et 9 dénué de tout danger de brûlure
  • un temps d'intervention prolongé par rapport à l'eau, dans la minute qui suit la projection chimique, avec une meilleure sécurisation de l'efficacité du lavage: absence de séquelles, pas ou peu de nécessité de soins secondaires, pas ou peu d'arrêt de travail

La solution Diphotérine® a été classée réglementairement comme un dispositif médical selon la Directive 93/42 CEE. Elle revendique une action sur le produit chimique en vue de stopper ou de minimiser l'évolution de la brûlure chimique. Elle est classée IIa car elle peut être utilisée sur la peau lésée (Dr Maurizio Cavallini) (lien avec les publications: Cavallini, Annals of Burns and Fire disasters 2004, vol XVII-2, 84-87 et Cavallini, European Journal of Anaesthesiology 2004, 21, 389-392). Comme la solution Diphotérine® n'a pas d'action sur l'organisme humain et son action n'est pas obtenue par des moyens pharmacologiques ou immunologiques ni par métabolisme, elle n'est pas classée comme médicament.

Ce qu'il faut retenir

Le lavage d'urgence avec l'eau a été un premier progrès déterminant dans la décontamination de projections chimiques. Mais le lavage à l'eau a des limites que nous avons su repousser avec la solution Diphotérine®.

La solution Diphotérine® peut être utilisée selon deux protocoles:

  • soit en urgence, dans l'entreprise, sur leslieux de l'accident avec une utilisation dans la minute qui suit la project
  • soit en utilisation retardée, lors d'une prise en charge pré-hospitalière ou hospitalière, la solution Diphotérine® stoppe l'évolution de la brûlure chimique et permet un retour rapide vers un état physiologique, un traitement adapté à la gravité de la brûlure peut alors être appliqué dans des conditions optimales

Si le produit est corrosif, ou s'il y a un risque de retard dans la prise en charge dans les premières secondes, les protocoles à l'eau représentent une perte de chance par rapport aux protocoles avec la solution Diphotérine®.

Weitere Informationen:

 

 

Tinovamed GmbH, 2016